L’homme qui n’aimait plus les chats – Isabelle Aupy

❯ Titre L’homme qui n’aimait plus les chats

❯ Auteur Isabelle Aupy

❯ Genre Littérature contemporaine – Dystopie

❯ Édition Les éditions du Panseur

❯ Format Grand format – Broché

❯ ISBN 978-2490834006

❯ Date de parution 16/03/2019

❯ Nombre de pages 128

❯ Prix 12,50€

Description éditeur

Il y a goût de sel et d’embruns, ce vent qui met la pagaille et donc remet tout en ordre. Il y a la voix de ce vieil homme qui nous raconte son histoire et celle des autres en cherchant ses mots aux accents de son émotion, pour comprendre un monde où le langage se manipule pour changer les idées.

À propos de l’auteur/trice

Isabelle Aupy, 35 ans, est kinésithérapeute à Bordeaux.
Son premier roman, L’homme qui n’aimait pas les chats, a reçu le prix « Coup de foudre » aux Vendanges littéraires de Rivesaltes. (source : babelio)

Ressenti

C’est un roman que j’ai lu assez vite au vu de ses 128 pages, c’est aussi un roman intriguant, passionnant, on se prend au jeu de cette histoire de bout en bout.


L’écriture est bien sympathique, intéressante, et qui accroche le lecteur (en plus en fin d’ouvrage il est expliqué que le roman a été écrit dans le train, par texto de l’autrice vers l’éditeur, puis s’en est suivi une correction et une mise en page de très bonne qualité, c’est je trouve, original, et ça mérite d’être souligné).


Du côté de l’histoire elle-même, c’est une communauté de gens qui vivent sur une île, une île où il y a des chats partout, mais des chats libres, sans noms, qui sont nourris par les habitants de la petite île sans distinction d’appartenance, un jour tous les chats ont disparus.


Va s’en suivre une histoire aussi étrange que sérieuse dans ses réflexions et qui pousse le lecteur à réfléchir au thème de « la liberté » car tout ce qui se passe dans le récit est fait pour une réflexion philosophique sur le fait d’être libre, libre physiquement, libre mentalement.


Je ne vous en dis pas plus sur le contenu car cela vous révélerait des ingrédients clés, et il faut découvrir cela soi-même.


Je peux également vous dire que nous sommes dans une « dystopie » que je qualifierais de rurale (attention ce n’est pas négatif, je dis cela car nous sommes au milieu de nulle part.


La fin est tout aussi surprenante que le reste du récit, au final je considère « L’homme qui n’aimait plus les chats » comme un Ovni littéraire sur lequel il faut vraiment se pencher.

🆅🅴🆁🅳🅸🅲🆃

Les +

L’originalité

Le mystère qui plane sur ce titre avant d’en découvrir le « pourquoi »

Mélange de littérature contemporaine et de dystopie dans un cadre rural

Les thèmes abordés, les questions soulevées

Les –

r.a.s.

Je remercie fortement « Les éditions du Panseur » pour l’envoi du livre, Isabelle Aupy pour la dédicace dans le livre et aussi mes deux chats Ramsès et Annabelle pour leur participation à la photo (avec du mal hahaha).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :