Née par hasard dans un monde qui s’en fout – Jade Segalen

❯ Titre Née par hasard dans un monde qui s’en fout

❯ Auteur Jade Segalen

❯ Genre Drame – Littérature contemporaine

❯ Édition Kiwi

❯ Format Grand format – Broché

❯ EAN 9782492534058

❯ Date de parution 19/05/2021

❯ Nombre de pages 192

❯ Prix 17€

Description éditeur

Je suis à peu près sûre que toutes les générations taclent celles d’après, parce qu’elles flippent d’être foutues au placard. De la nôtre, de génération, on disait qu’elle était inspirée par le néant, le rien, le trou noir.
C’était pas très sympa de dire ça. Y avait plein d’adolescents qui crevaient la dalle ou qui faisaient la guerre.
Donc déjà, eux, on les prenait pas en compte quand on parlait de notre génération. Ils faisaient pas la guerre exprès pour pas être mis dans le même panier, quand même. Mais moi, par exemple, j’ai eu une adolescence tout ce qu’il y a de plus banal et j’ai quand même envie d’en écrire un livre. Ça revient à la culture du rien. Faire un pataquès sur pas grand-chose. Les vieux, il fallait pas qu’ils soient à court de sujets, alors on leur servait à ça aussi.
Grâce à une voix narrative brute et sans filtre, « Jade Segalen » nous projette dans la réalité de son anti-héroïne.
À travers les remarques acerbes, sarcastiques mais non sans poésie de Ludivine, notre monde se dévoile et l’adolescence se réalise.

À propos de l’auteur/trice

Jade Segalen est une jeune autrice parisienne de 26 ans sensible à la littérature ultraréaliste. Après des études de cinéma avortées, elle rencontre le milieu de la presse, où elle réalise des chroniques intimes. Née par hasard dans un monde qui s’en fout est son premier roman.

Ressenti

Avec « Née par hasard dans un monde qui s’en fout », Jade Segalen écrit sont premier roman.


Un roman sur l’adolescence du point de vue d’une jeune fille « Ludivine », un peu perdue, elle se cherche et cherche à exister auprès d’elle même et auprès des autres, elle va passer par plusieurs stades, de l’amitié sincère mais toxique qui se brise pour trouver des amitiés simulées et ne pas être seule, à l’envie de découvrir les garçons, l’amour , le sexe, pour finalement s’enfoncer de plus en plus loin dans les dérives, celles-là mêmes qui donnent du courage mais qui sont parfois proches du précipice.


Alcool, provocation gestuelle et vestimentaire, jusqu’à la drogue et les soirées de débauche. L’adolescence est la période où l’on se cherche, mais aussi celle où c’est chacun pour sa peau afin de ne pas couler.


L’écriture est brute, comme si « Ludivine » parlait avec ses mots, c’est cash, percutant et en même temps vrai, on ressent ce besoin de vider un bagage déjà lourd pour un si jeune âge.


J’ai aimé, et en même temps trouvé étrange de passer du côté des pensées des filles, je connais bien le comportement borderline à l’adolescence mais du côté mec, c’était parfois pas beau à voir mais je m’aperçois que finalement il n’y a pas grande différence, je fais parti de la génération que l’on dit ratée , celle de Saez et de NTM, celle qui n’a pas de travail et s’en fout, celle qui laisse à nos enfants une planète pourrie, ils ont de quoi nous foutre au placard en effet comme il est dit dans la description, j’ai un ado de 15 ans à la maison mais lui fait partie des timides mais lucides, qui préfère la tranquilité à la fête, en même temps on parle beaucoup et il n’y a pas de tabou, peut-être que « Ludivine » aurait dû avoir une vraie oreille pour l’écouter plutôt que d’être trimballer à droite et à gauche par des parents finalement passifs car centrés sur eux même et ne faisant pas d’efforts pour prévenir et alerter. En même temps comme le dit le grand monde, faut bien que jeunesse se passe, et parfois non ça passe pas, ça casse. La science de l’adolescence n’existe pas, ou si elle existe, elle est forcément inexacte car chaque ado est unique.


J’ai dans ce récit, retrouvé des ressemblances avec certaines séries tv comme « You » (Italie) ou encore « Skins » (Uk), ou « 13 reason why » (Us), mais aussi un brin de sujets abordés dans des romans tel que « Junk » de Melvin Burgess, « Les méduses ont elles sommeil » de Louisiane C. Dor, ou même de « Christiane F. » par certains aspects, sans oublier un reflet des chansons du groupe français « Thérapie Taxi » pour ceux qui connaissent !


J’ai donc beaucoup aimé ma lecture, je pense que c’est un récit franc où l’auteure se jette à l’eau avec sincérité, sans épargner ni ménager ses personnages, elle ne laisse rien passer, tout est dit sans langue de bois et tant pis si cela choque. J’ai été un tout petit peu dérouté par une fin brute, qui n’est pas réellement un fin d’ailleurs, la vie de « Ludivine » doit bien continuer, le lecteur se fera sa propre idée du « devenir ».


Bravo à « Jade Segalen » pour ce récit sincère et merci pour la sympathique dédicace 🙂

🆅🅴🆁🅳🅸🅲🆃

Les +

Une histoire sincère et sans tabou

captivant

écrit avec les tripes

Les –

r.a.s.

Je remercie sincèrement Elya ainsi que les éditions Kiwi pour leur confiance et l’envoi de ce livre

2 commentaires sur “Née par hasard dans un monde qui s’en fout – Jade Segalen

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :