Métro 2035 – Dmitry Glukhovsky

❯ Titre Métro 2035
❯ Auteur Dmitry Glukhovsky
❯ Genre Anticipation – Post-apocalyptique
❯ Édition Le Livre de Poche
❯ Collection Imaginaire
❯ Format Poche
❯ ISBN 9782253820093
❯ Date de parution 2/10/19
❯ Nombre de pages 768
❯ Prix 9,70€
❯ Description éditeur
2035. Station VDNKh. Artyom est retourné y vivre. C’est un héros brisé, obsédé par l’idée que c’est à la surface qu’est le salut de l’humanité. Les Noirs anéantis, un souvenir le taraude, celui de la voix qu’il a entendue sur une radio militaire, deux ans plus tôt, quand il était au sommet de la tour Ostankino avec les stalkers. Aussi, depuis son retour, il remonte quotidiennement à la surface et escalade des gratte-ciel en ruines pour tenter d’entrer en contact avec des survivants. Tenu pour fou, Artyom sombre peu à peu. Mais l’arrivée d’Homère bouleverse la situation : le vieil homme prétend en effet que des contacts radio ont déjà été établis avec d’autres enclaves.
Ce nouvel et dernier opus de la saga traduite en plus de trente langues et adaptée en jeux vidéo est le point de convergence de toutes les trames narratives mises en place par l’auteur.

❯ À propos de l’auteur
Né en 1979 à Moscou, Dmitry Glukhovsky, après des études en relations internationales à Jérusalem, a travaillé pour les chaînes Russia Today, EuroNews et Deutsche Welle. Amateur tant de littérature classique que populaire, il privilégie dans ses œuvres la contre-utopie, propre à interroger la société actuelle et ses limites, les sociétés futures et leurs dérives, dans la lignée de 1984 et du Meilleur des mondes. Métro 2033 a d’abord paru sur Internet avant de devenir un best-seller. Dmitry Glukhovsky est également l’auteur de Métro 2034, Métro 2035, Sumerki (prix Utopiales 2014), FUTU.RE (prix Libr’àNous 2016), Nouvelles de la mère patrie et Texto. (Source : Le Livre de Poche)
❯ Ressenti
Je vous l’annonce tout de suite, je suis un grand fan de cette série, autant en livres qu’en jeux vidéo ou en romans dérivés de l’univers créé par Dmitry Glukhovsky. Je vais ici être tout de même objectif, mais sachez que j’ai pris un grand plaisir à lire ce dernier opus, avec un pincement au coeur tout de même car il clôture cette grande histoire (on est tout de même entre 700 et 900 pages à chaque tome) et donc c’est une sorte d’histoire d’amour entre moi et les personnages de « Métro » qui se termine (J’espère toujours une suite mais cela n’est pas prévu du tout).
Ce dernier tome nommé « 2035 » commence un peu à la manière du tout premier roman de la série « Métro 2033 », ce qui fait que j’ai eu un peu de mal à me plonger dedans pendant un tiers de ma lecture, je me disais mais mince, c’est une copie du premier, c’est pas possible quand même. Mais en fait NON, d’un coup tout se met en place, on part dans la propre trame de la lecture, on prend plaisir à retrouver le héros « Artyom » qui est à lui tout seul un gros élément du succès de cette saga.
\ »Dmitry Glukhovsky\ » nous livre avec cette dernière épopée (car oui c’est une vraie épopée) bien des réponses laissées en suspens depuis longtemps, tout d’abord au niveau des personnages mais aussi de l’histoire, qui a une vraie conclusion, surprenante et déchirante à mon goût. J’étais presque en colère contre l’auteur de nous faire subir cela à nous lecteurs.
Sinon nous sommes toujours dans le métro de Moscou, il y a plus de passages extérieurs que dans les précédents récits, et il y a aussi pas mal d’action (même si le rythme est équilibré et que nous avons beaucoup de descriptions des stations par exemple ou des situations, ce qui est normal sur un roman de cette taille).
Surtout n’ayez pas peur de vous lancer dans cette magnifique saga qu’est « Métro » car ça se lit vite et avec plaisir, le verbe est moderne et pose beaucoup de questions politique, écologique, éthique et vous ne regretterez pas d’être dedans une fois lancé (je précise cela car beaucoup de gens m’ont dit avoir peur de se lancer à cause du nombre de romans, de la taille des livres et de l’intégration des jeux vidéos, ce qui ne pose pas de problème si vous ne jouez pas, c’est juste un bonus pour les joueurs mais les purs lecteurs en auront tout autant sans être perdu, car c’est une des forces de « Métro », on suit facilement le déroulement de la trame.
A lire absolument.
🆅🅴🆁🅳🅸🅲🆃
❯ Les +
Un univers très riche et complet
Une conclusion parfaite
Le retour d\’Artyom
❯ Les –
Le premier tiers de ce tome en particulier qui a du mal à sortir du lot des autres récits de la saga.
❯ Si vous aimez ce roman, vous aimerez certainement
Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky
Métro 2034 de Dmitry Glukhovsky
Les ombres de Post-Petersbourg d’Andreï Dyakov

Je remercie fortement William ainsi que les éditions du Livre de Poche pour leur confiance et l’envoi de ce roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :