La malédiction du shaman – Jean-Pierre Van Den Abeele

☐ Titre  La malédiction du shaman

☐ Auteur  Jean-Pierre Van Den Abeele
☐ Genre  aventure
☐ Édition  La Compagnie Littéraire, février 2017
☐ Infos techniques  Broché grand format (20€), 201 pages
Cette lecture à été possible suite à un partenariat avec Livraddict et les éditions La Compagnie Littéraire, je tiens à les en remercier sincèrement pour l\’envoie du livre et leur confiance.
☐ Synopsis 
Il aura suffi d’un simple retard de bateau pour que, en trois jours, tout bascule.
Le musée de l’or de Bogota, l’évocation de la Colombie à l’époque des conquistadors, ce fameux Eldorado porteur de rêves, voici un fond d’écran presque magique pour le nouveau

roman de Jean-Pierre Van Den Abeele, La malédiction du shaman.

À l’ombre des grands gisements d’or des montagnes de la Sierra Macarena, l’auteur nous entraîne dans un périple surprenant et riche d’émotions.
En route vers le lac sacré de Guatavita et l’aventure commence, ponctuée de fâcheuses
rencontres avec les trafiquants et la corruption locale mais aussi de magnifiques surprises.
L’ancienne carte géographique conservée par le Padre Pio jouera-t-elle le rôle de talisman nécessaire pour venir en aide aux paysans pauvres de ces régions ?
Randonnée dangereuse, ancienne mine d’or à redécouvrir, monastère fortifié inaccessible, une quête teintée d’absolu, de passion et parsemée d’obstacles. Un parcours où les héros vont finir, semble-t-il, par gagner.
Mais attention au pouvoir du vieux shaman qui veille sur les tombes de ses ancêtres que toutes ces recherches profanent…
Cet ouvrage tient du récit d’aventures, avec l’histoire d’un groupe humain et l’histoire de la Colombie mises en perspective, mais c’est aussi le souffle de l’étrange et du mystère qui nous enveloppe.


☐ Verdict 
Autant le dire tout de suite, je suis très partagé sur cette lecture, certaines choses m\’ont échappées, je n\’ai pas pour habitude de critiquer pour critiquer et quoi qu\’il en soit je reste objectif, il est rare que je classe une lecture au rang de récit moyen, pourtant ici ce sera le cas, en cause, plusieurs aspects qui m\’ont véritablement déstabilisés.

La Colombie qui nous est décrite ici est vraiment propice à l\’aventure, paysages à couper le souffle, comme on peut s\’y attendre le pays est gangrené par la corruption et les problèmes vont s\’enchaîner, les passages parlant des conquistadors sont courts mais intéressants, les lieux archéologiques sont magnifiques et on aimerait vraiment y être.
Les personnages eux sont somme toute assez classiques mais pas mauvais, du moins les deux compagnons d\’aventure de notre héro (le personnage principal ne m\’a pas laissé une grande impression de par son comportement, en exemple, il n\’est pas archéologue mais connait tout de l\’archéologie, sait décrire une scène de fouille en 5 minutes sans aucune preuves historiques, y croit et en plus au final a raison, il a tendance à réussir tout mieux que tout le monde).
Venons-en à la partie qui m\’a interpellée, l\’écriture.
Une écriture sage, trop sage, trop propre, d\’un autre temps, d\’un autre milieu peut-être, mais certainement pas adapté à un roman d\’aventure. 
Un roman d\’aventure se veut par nature d\’être un peu sale, destroy, plein de poussière, de transpi et d\’argot, il faut que ça sente la sueur, l\’adrénaline et la castagne.
Dans \ »La malédiction du shaman\ » tout est écrit de manière gentillette, le récit est rempli d\’expressions dépassées du genre \ »revenons en à nos moutons\ », \ »je ne cédait pas d\’un pouce\ » ou encore \ »mieux vaut prévenir que guérir\ » et c\’est comme ça pendant tout le roman, sans compter la tournure des phrases toujours calculées et posées de manière très polie, presque naïve, avouez que c\’est dommage pour une aventure qui devrait être bourrée de testostérone…
Ajoutez à cela qu\’il y a beaucoup de répétition des événements par le narrateur qui nous explique presque ce qui va arriver, va nous raconter ce qui se passe dans le moment et va encore ensuite le répéter pour informer d\’autres personnages plus loin, et ce plusieurs fois dans le roman. 
Je suis également mitigé sur le choix du titre et de la couverture, ne vous y fiez pas, il est nullement question de magie ou autres malédictions, on croise le fameux shaman deux fois le temps de quelques lignes.
Autre chose, il n\’y a pas de personnage féminin dans ce roman (sauf si on compte les deux vieilles dames croisées l\’espace d\’une demie page au trois quart du récit). Vous me direz que ce n\’est pas très grave, non c\’est vrai, mais c\’est tout de même curieux.
Pour conclure, ce n\’est pas un livre mauvais en soit ni incompréhensible, si vous aimez les histoires très propres et calculées pour ne pas choquer et que le fond de l\’histoire vous importe peu, si vous souhaitez juste voyager pour découvrir la Colombie et ses superbes paysages, lisez le, si vous aimez l\’aventure, la vraie, à l\’instar d\’un James Rollins ou d\’un Thierry Poncet vous risquez d\’être déçu comme je l\’ai été.

On pourra tout de même proposer cette lecture aux jeune public d\’une dizaine d\’années, eux réussiront à profiter de l\’histoire.
Ma note 5/10 
Les +
⇨ La Colombie, ses paysages et ses trésors archéologiques ⇦
Les –
⇨ Beaucoup trop gentillet ⇦
⇨ Écriture moyenne ⇦
⇨ Le personnage principal assez horripilant ⇦
Si vous aimez ce livre vous aimerez certainement
⇨ La dernière danse des maoris de Caryl Férey ⇦

⇨ Mary pirate de Ella Balaert ⇦

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :