La Légende des Nuées Écarlates (tétralogie) – Saverio Tenuta


Titre : T1 : La ville qui parle au ciel, T2 : Comme une feuille au vent, T3 : Le trait parfait, T4 : La fleur cachée de l\’abomination
Série : La Légende des Nuées Écarlates
Auteur : Saverio Tenuta
Genre : Fantasy, Japon féodal, historique, légendes
Édition : Les Humanoïdes Associés, collection Humano.Humano., T1 septembre 2006, T2 octobre 2008, T3 novembre 2009, T4 février 2011
Format : Album rigide (4) 48 pages par tome, existe également en coffret collector, et aussi en intégrale 1 volume de 100 pages.

Présentation de l\’éditeur :
LES SAMOURAÏS N\’ACCEPTENT PAS LES INSTRUMENTS DE BAMBOU POUR LEUR ENTRAINEMENT. SEULES LES VRAIES LAMES PARCE QU\’ELLES SONT MORTELLES PEUVENT ATTEINDRE LA VERITE. ET L\’ENSEIGNEMENT D\’UN GUERRIER EST BASE SUR LA RECHERCHE D\’UN INSTANT CRUCIAL, CETTE ETINCELLE FUGITIVE QUI AU COMBAT DECIDE DE LA VIE ET DE LA MORT. LE COUP D\’EPEE UNIQUE ET FOUDROYANT QUI FAIT S\’ECOULER LE SANG A TERRE ET EMPORTE LA VIE DANS SA PLUIE ECARLATE. PEU IMPORTE QUI SERA LE VAINQUEUR ET QUI SERA LE VAINCU. SEUL COMPTE CE MOMENT DECISIF.

Créée par Saverio Tenuta, cette saga placée sous le double signe de la beauté et de la tragédie se déploie en quatre volets magnifiques, au gré desquels
on suit les aventures de Raido, le Ronin amnésique. Un univers nourri de références culturelles et historiques au Japon ancien, des paysages à couper le souffle et l’évocation des êtres magiques de la mythologie nipponne contribuent à envoûter un lecteur partagé entre la fascination et l’effroi que suscite ce conte d’amour et de sang.

Citation  tome 2 :
Je vois encore une fois éclore des fleurs de chair et de sang !

Extrait tome 3 :
Une musique de cris et de lamentations répond au sifflement des lames qui fendent l\’air.

C\’est l\’art avec lequel j\’honore mon seigneur et shogunai Totecu Fujiwara.

Mais une à une tombe les fleurs du cerisier.

…et à la tombée de la nuit ne reste plus qu\’une étendue de pétales après l\’orage.

Extrait tome 4  :
Nuées de sang, nuées vermeilles, impassibles témoins.
Vos tourbillons brûlent comme des yeux inquisiteurs.
Aujourd\’hui des pétales sont tombés de la protéine de mon père.
Trop nombreux pour pouvoir les compter tous.

Verdict :
On met les pieds dans cette tétralogie avec méfiance car créer une bande dessinée de Fantasy sous forme de saga se déroulant dans le Japon féodal des samuraïs et des légendes c\’est tout de même ambitieux !
Pas de panique la qualité autant narrative que visuelle est de mise pour notre plus grand plaisir.

Dans le premier album \ »La ville qui parle au ciel\ », nous suivons les aventures d\’un mystérieux homme amnésique qui sauve une jeune fille des griffes des gros bras du shogun local.
Cet homme entant des voix qui le torturent, ces voix sont celle des nuées écarlates (ses deux katana perdus) et vont le pousser à les retrouver.

Une belle histoire servie par des dessins fins et fluide et une colorisation extraordinaire qui donne toute l\’âme de cette bande dessinée.
Le scénario est vraiment recherché, entre histoire et Fantasy japonaise (j\’ai énormément pensé à Princesse Mononoke pour certains passages avec les loups Izunas (mi loups mi chimères).

\ »Comme une feuille au vent\ », le tome 2, est une suite encore plus prenante, immergeante, pleine d\’action mais aussi plus violente, attention aux lecteurs pouvants être choqués, cet épisode est une vraie boucherie, pas de quartiers (si ce n\’est des quartiers de chaire fraîchement émincée).
Les personnages nous délivrent de nouvelles facettes, quelques secrets dont on se languissait à la fin du tome 1 sont révélés ici, notamment qui est Raido et pourquoi la forêt de glace et les loups sont si violents, après cette histoire je n\’attendais qu\’une chose, lire la suite !!

Le troisième tome, \ »Le trait parfait\ » est bon, du même acabit que toute la saga, ce n\’est pas celui que je retiendrais forcément mais je le qualifierais de plus gore et de poétique, drôle d\’association des genres mais ici ça fonctionne à merveille et en plus c\’est beau, faut il le répéter ? Je dit OUI !

Le tome quatre qui, sous le titre de \ »La fleur cachée de l\’abomination\ » porte bien son nom au vue de la violence que cette conclusion dégage, belle et abominable à la fois, une bonne fin pour la saga des nuées écarlates, en phase avec les trois autres volumes.

Pour conclure on retiendra les superbes dessins, la colorisation à tomber ou tout est sobre et même assez terne, dans des tons blanc immaculés, différentes nuances de gris et de bleu pâle, mais où le tout est rehaussé par la couleur rouge du sang, un rouge écarlate, une bande dessinée qui porte bien son nom dans laquelle on ressent bien la mise en valeur de cette couleur rouge afin d\’appuyer la violence face au côté poétique des dessins façon estampe.

Si vous avez aimé cette saga, vous pouvez continuer l\’aventure dans le même univers avec le spin-off \ »Izunas\ » qui se déroule en deux parties centrées sur les loups \ »chimères\ » du même nom, présents dans La légende des nuées écarlates.

 Ma note pour l\’ensemble de la série 8/10
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️◽️◽️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :