Le vieux qui lisait des romans d\’amour – Luis Sepulveda




Titre : Le vieux qui lisait des romans d\’amour
Auteur : Luis Sepulveda
Genre : Roman, littérature sud-américaine, aventure, Amazonie
Édition : Seuil collection Points, Janvier 1997
Format : Poche, 120 pages

Description de l\’éditeur :
Antonio José Bolivar Proano est le seul à pouvoir chasser le félin tueur d’hommes. Il connait la forêt amazonienne, il respecte les animaux qui la peuplent, il a vécu avec les
indiens Shuars. Mais Antonio a découvert sur le tard l’antidote venin de la vieillesse : il sait lire, et il a une passion pour les romans qui parlent de l’amour, le vrai, celui qui fait souffrir.

Extrait :
Quand arriva l’heure de la sieste, il avait lu environ quatre pages et réfléchi à leur propos, et il était préoccupé de ne pouvoir imaginer Venise en lui prêtant les caractères qu’il avait attribués à d’autres villes, également découvertes dans des romans.
À Venise, apparemment, les rues étaient inondées et les gens étaient obligés de se déplacer en gondoles.
Les gondoles. Le mot « gondole » avait fini par le séduire et il pensa que ce serait bien d’appeler ainsi sa pirogue. La Gondole du Nangaritza.

Verdict :
Un livre à l\’ambiance lourde de moiteur de chaleur et d\’humidité, je me suis revu en Guyane vu l\’ambiance décrite. (ou j\’ai passé 6 mois de ma vie étant plus jeune, vive le s\’évite militaire obligatoire…).

Le vieux est un personnage extraordinaire, il est généreux et gentil, même s\’il à ses moments d\’exaspérations quand on se fiche de lui (La limace pour ceux qui ont fini le livre).

Ici en plus de son amour pour la lecture, le vieux et ses compagnons nous font comprendre que la nature est précieuse et que l\’occident s\’en fou totalement.

Je n\’ai pas grand chose d\’autre à dire, c\’est vraiment ça qui me viens, une ambiance que j\’adore et des personnages hauts en caractère, une couverture chez Points Poche tirée d\’une œuvre du Douanier Rousseau simplement magnifique donne une belle allure à l\’objet en lui même.

Un hymne à la forêt amazonienne, à la beauté du monde non industrialisé, à l\’émotion et simplement à la vie.

Je n\’aime pas particulièrement les relectures mais celui ci pourrait déroger à la règle et finir sur la table de nuit pour y piocher un chapitre de temps en temps.
Merci Monsieur Sepulveda pour ce beau livre.

Ma note 4/5 ▪️▪️▪️▪️ ▫️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :